• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une magnifique soirée d'été en compagnie... de bestioles

Une magnifique soirée d'été en compagnie... de bestioles - Suzanne Labelle

J’avais fait installer un kiosque en bois dans mon jardin. J’avais trouvé un fabricant qui les faisait en châtaigner. Il l’avait huilé, à l’huile de lin, pour lui donner une couleur grisée avec le travail des intempéries et des années. Sa forme en ovale était propice à voir le décor extérieur et son toit recouvert de petites tuiles plates arrondies couronnait l’ensemble. Il avait changé totalement l’aspect du jardin. Il mettait en valeur la végétation qui l’entourait, et les rosiers grimpants qui montaient le long des poteaux de l’entrée achevaient l’impression de romantisme qui s’en dégageait. Leurs floraisons exhalaient une douce fragrance de myrrhe, qui inondait le kiosque d’un doux parfum en été.

À l’intérieur, j’avais mis des tables et des chaises en fer forgé. Je recevais parfois des amis pour des longues soirées où nous restions à parler, éclairés seulement des petites lanternes et des bougies parfumées. Je devais toujours avoir quelques-unes de ces spirales, aussi, qui luttent contre les moustiques. C’est très joli d’avoir une maison au bord d’un étang, mais l’eau stagnante les attire. Chez moi, ils prolifèrent chaque année. J’ai tout essayé, mais je ne veux pas me mettre à les tuer avec des produits toxiques. La seule solution, du moins, le pensais-je à ce moment-là, était de s’entourer de la fumée des diverses solutions pour les éloigner.

Un soir où j’avais des invités, un nuage de petits moucherons rentra dans le kiosque. C’était progressif, une dizaine, puis une autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que nous agitions nos mains et nos bras dans tous les sens pour ne pas nous faire dévorer. J’avais recommandé le port de manches longues, pour limiter les dégâts. Malgré tout, ces sales bêtes s’insinuaient dans les cols, piquaient chaque petit carré de peau non protégé. Nous étions complètement dépassés par le nombre de bestioles volantes en tous genres, car les papillons de nuit s’ajoutèrent à ce bal des insectes dès que le soleil fut couché.

À mes côtés, une jeune femme que je connaissais peu, ne semblait pas incommodée. Après avoir discuté avec un homme d'une Conciliation de dettes, elle s'est tournée vers moi, et elle m’expliqua qu’elle s’enduisait d’un mélange d’huiles répulsives et que, sur elle du moins, cela fonctionnait bien. Puis, notre conversation porta sur une série télévisée que nous avions vue tous deux. J’étais étonné de ne jamais l’avoir croisée, elle m’expliqua qu’elle était venue avec son frère, un de mes plus anciens amis. Cela me revenait maintenant, je la revoyais enfant, comme elle avait changé ! C’est dans ce cadre idyllique que notre longue, très longue histoire a commencé.

 

The author:

author

Je suis une passionnée des arts. J'adore me retrouver devant une œuvre pour tenter de ressentir ce que l'artiste a voulu nous faire savoir. C'est sans doute dans cette même ligne de pensée que j'aime me retrouver ici, le soir, à vous raconter mes états d'âme, mes humeurs, même rêves. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire, que j'en ai à vous écrire...