• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Toutes les vérités sont bonnes à dire ???

Toutes les vérités sont bonnes à dire ??? - Suzanne Labelle

Il nous arrive à tous occasionnellement, et certains souvent même, de dire des mensonges qu’on l’on surnomme des ‘’mensonges blancs’’. Ces mensonges semblent faire partie de la nature humaine. Et ce, dans le but de faire plaisir, par orgueil, pour s’éviter une corvée, pour ne pas décevoir quelqu’un ou simplement pour être aimé. Je le sais, car je le fais aussi parfois. Et même sans y penser, machinalement, je mens pour ne pas perdre la face, mais surtout par gentillesse, c’est dans ma nature. Sauf que je ne suis pas très bonne à cela et le résultat est habituellement pire que la vérité, car je m’empêtre dans mes explications et je me contredis. Pour vous donner un exemple, un lundi matin, j’ai dit à une collègue de travail qui m’avait confié la semaine précédente qu’elle commençait un traitement de l acné  le samedi suivant, que c’était vraiment une réussite et qu'il y avait un gros changement avec peut-être un peu trop d’emphase et de compliments, alors que je ne voyais pas du tout la différence. Elle m’a regardé d’un air bizarre et m’a confié que son rendez-vous avait été reporté. Démasquée ou non, le résultat est le même, je me nuis à moi-même et je ne suis pas fière. Elle ne me croira plus lorsque je lui ferai un véritable compliment mérité.

Dans un souci d’authenticité et d’honnêteté envers moi-même, j’ai donc décidé d’essayer de diminuer ces mensonges et de m’assumer à partir d’aujourd’hui.

Ce ne sera pas facile, car le mensonge est devenu anodin dans ma vie, mais il n’en demeure pas moins pernicieux.
Évidemment, je me vois difficilement dire à mon hôte en repartant d’une soirée des plus ennuyantes autres choses que ‘merci, ce fut une agréable soirée’, ce genre de mensonge de courtoisie est indispensable à la vie sociale.

Sur ce, je dois réfléchir à ma réponse à l’invitation à souper chez ma belle-mère demain soir, j’hésite entre inventer une excuse ou devoir lui dire comme à tous les soupers de famille que j’adore sa soupe aux lentilles (alors que je déteste les lentilles). Misère ! Pourquoi lui ai-je dit que sa soupe était la meilleure que je n’ai jamais mangée la première fois qu’elle m’en a servi… ?

 

The author:

author

Je suis une passionnée des arts. J'adore me retrouver devant une œuvre pour tenter de ressentir ce que l'artiste a voulu nous faire savoir. C'est sans doute dans cette même ligne de pensée que j'aime me retrouver ici, le soir, à vous raconter mes états d'âme, mes humeurs, même rêves. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire, que j'en ai à vous écrire...