• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Ma journée d’hier… En résumé

Ma journée d’hier… En résumé - Suzanne Labelle

Hier matin, je ne travaillais pas, alors j’en ai profité pour m’occuper de moi, en allant à l’institut de beauté de la ville, pour une épilation laser des jambes. Il y avait des promotions alors j’en ai profité. Peut-être parce que c’est le printemps, je ne sais pas, mais il y avait beaucoup de monde dans l’institut, et malgré le fait que j’avais pris rendez-vous, j’ai bien attendu vingt minutes avant qu’une esthéticienne ne s’occupe de moi. Celle qui est venue me chercher s’appelle Mathilde, et c’est mon esthéticienne préférée. Elle est très douce et ne parle pas beaucoup. Je déteste les esthéticiennes qui racontent leur vie ! Je préfère quand c’est un moment de détente, il m’arrive parfois même de dormir, lorsque je commande un soin du corps, ou un massage, par exemple.

Ensuite, une fois que j’ai fini, je suis allée au supermarché acheter des fruits et des légumes. J’ai acheté des carottes, et des fraises. Je crois que ce n’est pas la saison des cerises, pourtant, il y en avait déjà un peu partout, mais elles étaient assez moches, et très chères, alors je n’en ai pas pris.

À la caisse, il y avait beaucoup de monde, j’ai attendu un bon quart d’heure avant que mon tour arrive. Je me suis dit que décidément, j’avais vraiment passé la journée à attendre ! Il y avait une dame âgée qui ne retrouvait plus son portefeuille dans son sac à main, et ensuite un jeune homme qui n’arrivait pas à faire fonctionner sa carte bancaire : il était très gêné, parce que la machine refusait sa carte, alors qu’il n’avait pas de liquide à donner à la caissière. Finalement, au bout du quatrième essai, sa carte a fonctionné. Ensuite, c’était le tour d’une famille, et les enfants n’arrêtaient pas de faire des caprices, alors c’était compliqué pour la maman d’emballer ses courses et de s’occuper de ses enfants en même temps. Le problème, c’est qu’aux caisses des supermarchés, il y a toujours un tas de bonbons et de chocolats à la portée du regard des enfants. Moi aussi, quand j’étais petite, je faisais beaucoup de caprices à la caisse, parce qu’il y avait tous ces bonbons et tous ces gâteaux qui me faisaient envie ! Je suis certaine que les concepteurs de rayons font exprès ! Ils n’ont probablement pas d’enfants, parce que c’est franchement casse-pied ! Enfin, je suis rentrée chez moi, épilée et fatiguée, et j’ai fait un petit somme.

 

The author:

author

Je suis une passionnée des arts. J'adore me retrouver devant une œuvre pour tenter de ressentir ce que l'artiste a voulu nous faire savoir. C'est sans doute dans cette même ligne de pensée que j'aime me retrouver ici, le soir, à vous raconter mes états d'âme, mes humeurs, même rêves. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire, que j'en ai à vous écrire...