• Facebook
  • Twitter
  • Google +

L'art dans le monde

L'art dans le monde - Suzanne Labelle

J’avais une amie qui m’avait invité à son vernissage. Elle peignait de grandes toiles pleines de rouge et de noir, de dégradés de gris et de marron, mettant en scène des enfants. La présence de la guerre était flagrante, même si rien n’indiquait les combats, ni du sang, ni des armes. Et pourtant, ces nuances reflétaient le quotidien de ces enfants, pris dans une tornade de violence qu’ils ne comprenaient pas. J’avais toujours soutenu cette artiste et amie, car je savais que peu de personnes sur cette terre, expriment aussi bien les horreurs d’un conflit. Mon amie était allée en Afrique et en Asie pendant sa jeunesse. Elle avait travaillé comme bénévole aux côtés des médecins qui partent dans des zones de guerre, grâce à son emploi infirmiere. Ses retours étaient l’occasion pour nous de nous voir et de discuter de ce qu’elle avait vécu. Elle exprimait souvent des sentiments contradictoires. Elle avait éprouvé un attachement très fort pour une petite fille qu’elle avait soignée, mais aussi de la tristesse de voir un village entier décimé par une armée.

Elle avait eu besoin de légèreté après la dizaine d’années qu’elle avait passée à s’occuper de cas désespérés, mais pour lesquels elle ne pouvait s’empêcher de souhaiter que tout aille mieux. Elle s’était inscrite dans une école d’art et elle avait réussi à transcrire les émotions qu’elle avait eues dans ses toiles. Après plusieurs expositions, elle avait décidé de se mettre à plein temps à être artiste-peintre. Elle commençait à être cotée sur le marché de l’art. J’avais acquis quelques-unes de ses toiles. Elles étaient exposées dans ma maison. L’une d’elles était dans la bibliothèque, car elle représentait une fillette qui lisait. Le rideau de la fenêtre était tiré, mais un trou dedans laissait voir que le jour brillait dehors. J’aimais contempler cette peinture lorsque je me mettais à lire dans cette pièce.

En la regardant, j’avais l’impression d’être accompagné dans ma lecture, et que, quelque part, cette petite fille était, tout comme moi, en train de tourner les pages d’un ouvrage qu’elle découvrait avec plaisir. Je la sentais s’évader de cette chambre sombre, aux fenêtres fermées, grâce à sa lecture. Le petit rayon de lumière qui passait à travers le trou du rideau était comme l’espoir qui habitait cette enfant, une lumière vive au milieu de la profondeur de son désarroi. Ce sont de telles œuvres qui me font penser que l’art est indispensable à l’humanité.

 

The author:

author

Je suis une passionnée des arts. J'adore me retrouver devant une œuvre pour tenter de ressentir ce que l'artiste a voulu nous faire savoir. C'est sans doute dans cette même ligne de pensée que j'aime me retrouver ici, le soir, à vous raconter mes états d'âme, mes humeurs, même rêves. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire, que j'en ai à vous écrire...