• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Deux jeunes au grand cœur

Deux jeunes au grand cœur - Suzanne Labelle

J’ai toujours eu une grande admiration pour les personnes manuelles. Elles portent en elles la grâce du travail accompli. Il y a aussi les personnes qui avec un rien peuvent fabriquer des choses soit usuelles, soit magnifiques. Ils ont le don de donner naissance à des objets d’un simple regard ou en un clin d’œil et font tous les calculs nécessaires pour mener à bien leurs projets et faire sortir du néant une chose inexistante quelque temps auparavant. J’ai aussi beaucoup d’admirations pour ceux qui savent créer de très belles choses, après avoir recyclé des matières d’objets ordinaires. Ceux-ci, aujourd’hui, méritent une place privilégiée.

Je venais d’emménager dans un quartier tranquille, dans une petite ville située au nord de Montréal. Il y avait tout près de chez moi une maison abandonnée. Les fenêtres étaient condamnées avec des lattes de bois. Un dimanche, deux jeunes vinrent frapper à ma porte. Ils faisaient une collecte dans tout le quartier de tout objet ou matières possibles pour retaper la maison avant l’hiver et l’offrir à la ville pour que des sans-abris puissent y habiter. Leur projet était très noble, mais je venais de m’installer, et je n’avais vraiment rien à offrir. Je leur demandais de passer quelques jours plus tard, pour que je puisse participer d’une façon comme d’une autre, à finaliser leur projet.

Je les avais vus toute la semaine, retaper la toiture et pousser des brouettes pleines de bric-à-brac pour la maison. J’admirais leur courage. Plus je les regardais, plus je me sentais dans l’obligation de leur offrir mon aide. Ils avaient en très peu de jours, pas mal avancés les travaux. Je décidais d’aller faire une visite à l’intérieur de la maison pour voir exactement où ils en étaient et savoir en même temps ce que je pouvais faire pour aider avant que les travaux ne finissent. Un des jeunes me fit visiter. L’autre, était allé marchander une porte et fenetre Saint-eustache. Une fois celle-ci installées, ils n’auraient plus qu’à donner les clés et partir pour un autre chantier. Le deuxième jeune était revenu bredouille. Il n’avait pas réussi à négocier que le magasin lui cède des portes gratuitement. Je repartais avec lui pour faire l’achat de ces dites portes et fenêtres. Vu le travail qu’ils avaient entamé et l’aide qu’ils avaient reçu de tous les voisins du quartier, je ne pouvais pas me démarquer, sans faire un geste pour les remercier de leur travail. Je n’avais pas mis la main à la pâte, c’est certain, mais je ne pouvais les laisser repartir avec le goût amer d’un travail inachevé. Ils avaient trop travaillé pour mériter cela.

 

The author:

author

Je suis une passionnée des arts. J'adore me retrouver devant une œuvre pour tenter de ressentir ce que l'artiste a voulu nous faire savoir. C'est sans doute dans cette même ligne de pensée que j'aime me retrouver ici, le soir, à vous raconter mes états d'âme, mes humeurs, même rêves. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire, que j'en ai à vous écrire...